OOLONG

OOLONG

thé oolong

OOLONG

Un type de thé particulier est le thé oolong, également connu sous le nom de thé semi-fermenté, partiellement oxydé et wu long, qui a un goût particulier et une belle couleur bleu-noir envoûtante.
Bien que son nom signifie littéralement “dragon noir” en association avec sa couleur, selon la légende, sa création est le résultat d’un oubli :
” un fermier chinois, Wu Liang, était en train de cueillir ses feuilles de thé quand il a vu un cerf. Ne voulant pas rater l’occasion de mettre de la viande sur sa table ce soir-là, ce fermier a décidé d’abandonner sa récolte pour chasser l’animal. Dès qu’il eut fini, il se dépêcha de préparer le gibier et de le faire cuire, oubliant simplement les feuilles de thé. Ce n’est que quelques jours plus tard qu’il se souvint de sa précieuse récolte. En courant, priant pour que les feuilles soient encore bonnes et qu’elles n’aient pas disparu, il découvrit qu’elles avaient pris une couleur bleu foncé, presque noire. Intrigué et n’ayant pas le cœur de jeter sa récolte, il décida de les rôtir et de les brasser quand même. Il fut conquis par la douceur de sa boisson et les arômes qui en émanaient. Il se précipita donc chez son voisin pour lui parler de son invention. En peu de temps, le nouveau thé a fait le tour de la province et, par le bouche à oreille, le thé de Wu Liang est devenu wu long”.

À propos de la fabrication du thé

Qu’est-ce que sa couleur a de si particulier ? La couleur du oolong provient de son processus de fabrication. Le phénomène d’oxydation (chaque plante, une fois cueillie, va se faner et s’oxyder) n’est ni arrêté dès le début comme c’est le cas pour le thé vert, ni achevé comme pour le thé noir. Dans le cas du oolong, on laisse le thé s’oxyder entre 10 et 70%. Cependant, quel que soit le degré d’oxydation, il suit toujours les mêmes étapes de fabrication.
  • Étape 1 : Le flétrissage : après la récolte des feuilles de thé (la récolte se fait généralement deux fois par an : en hiver et au printemps), les feuilles sont laissées à flétrir au soleil pendant quelques heures avant d'être refroidies à l'ombre. Cette opération, qui est répétée deux fois, permet à la feuille de se ramollir et à l'oxydation de se poursuivre.
  • Étape 2 : La sudation : c'est l'étape qui va donner le degré d'oxydation. Une fois le thé placé dans une pièce chauffée entre 22 et 25° et avec un taux d'humidité de 85%, les feuilles sont remuées constamment sous une pression croissante. Objectif ? Libérer l'eau en faisant littéralement transpirer la plante et permettre l'expression des arômes.
  • Étape 3 : Torréfaction : Le but de la torréfaction est d'arrêter le processus enzymatique d'oxydation.
  • Étape 4 : Comment elle est séchée et emballée : Après ces quatre étapes, le thé est séché et emballé soit individuellement, soit en vrac.
  • Étape 5 : roulage : c'est là que la feuille prend sa forme, souvent juste froissée et parfois roulée en grosses perles (dong ding).

Un grand choix de variétés

Il existe deux principaux types de oolong, ceux qui sont particulièrement oxydés (entre 60 et 70%) et ceux qui sont peu oxydés (entre 10 et 15%). En pratique, cependant, il existe un nombre infini de variétés et la production de oolong est la moins cloisonnée. De ce fait, chaque plantation a sa propre recette en fonction du type de feuilles, de la région de production, de l’espèce de théier utilisée, du pliage de la feuille, etc.
Par exemple, à Taiwan, on trouve beaucoup plus de thés fortement oxydés (surtout du thé de fantaisie) en comparaison avec la Chine où la consommation de oolong, qui est très faible, à peine 5% de la consommation totale de thé du pays, est plus orientée vers des variétés moins oxydées.
Comment bien Préparer Son Thé
Cependant, à mesure que les transports se démocratisent et que la vie des populations chinoises et taïwanaises s’améliore, le nombre d’échanges augmente et ces habitudes de consommation disparaissent progressivement.

La préparation du thé

Vous pouvez préparer votre thé oolong préféré de deux façons. Selon la méthode occidentale, faites infuser votre thé pendant 6 minutes dans de l’eau à 95°C. Sinon, la méthode traditionnelle est le Gong Fu Cha (littéralement l’heure du thé) où vous ferez infuser votre thé pendant 20 secondes à 1 minute dans de l’eau à 95°C.
Le oolong peut également être dégusté parfaitement comme thé glacé lors des chaudes journées d’été.
Il est très facile à préparer ! Faites infuser 8 à 10 g de thé dans un litre d’eau à température ambiante pendant 3 heures, puis retirez les feuilles et mettez votre thé au réfrigérateur. Ne refroidissez pas le thé s’il est chaud. Les tannins s’agglutineraient alors en surface, formant une fine pellicule peu attrayante pour l’œil.

Avantages du thé

Le oolong, comme le thé vert, contient des polyphénols, des antioxydants naturels qui aident à lutter contre le vieillissement de la peau (au revoir la crème anti-âge) ainsi qu’à brûler les graisses !

Sa forte concentration en théanine permet à la fois une bonne digestion et une réduction du stress. De plus, on lui attribue des propriétés anticancéreuses et d’amélioration du cerveau.

Le thé en cuisine

Les oolongs de différents types sont excellents pour la cuisine. Par exemple, pour les oolongs de Taiwan légèrement oxydés comme le dong ding ou le jin shuen, avec leurs notes végétales et florales, nous recommandons le Tea Beauty pour les accompagner avec tous les desserts à base de crème. Le fancy (thé de Taiwan très oxydé) aux arômes plus boisés est parfait avec une quiche lorraine, un plat de pâtes aux noix et au gorgonzola et, pour les plus gourmands, vous pouvez également le servir avec un carré au chocolat.

Tags: OOLONG

TEA BEAUTY

See all posts

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are makes.